AVOIR UN ENFANT SANS PARTENAIRE

/AVOIR UN ENFANT SANS PARTENAIRE
AVOIR UN ENFANT SANS PARTENAIRE 2017-07-28T11:50:46+00:00

AVOIR UN ENFANT SANS PARTENAIRE

Les familles monoparentales représentent 25 à 30 % de tous les ménages à l’échelle mondiale et se composent de femmes qui élèvent leurs enfants seules, que cela soit par choix ou par nécessité. Des questions sociales sont souvent soulevées pour savoir si ce modèle familial doit être considéré comme étant normal, surtout lorsqu’une femme choisit de satisfaire son désir d’enfant et de fonder une famille reposant sur un seul parent, à savoir elle-même. Selon les dernières enquêtes, les États-Unis ont le pourcentage le plus élevé de familles monoparentales avec 34 %, devant le Canada 22 %, l’Australie 20 % et le Danemark 19 %. Dans les pays développés, où les naissances hors mariage ne cessent d’augmenter (par ex., la Suède, les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, la France et, exceptionnellement, le Japon avec seulement 1 %), la législation est très favorable aux femmes qui élèvent leurs enfants seules, leur accordant des avantages financiers et des infrastructures spéciales pour étudier et travailler.

Parent isolé par choix

À la fin du XXe siècle, les familles monoparentales sont devenues beaucoup plus nombreuses et la société a considéré que ce modèle familial était une évolution du terme « famille », un type de famille moderne et différent plutôt que controversé. Que cela se produise à la suite d’un divorce ou d’une séparation, ou qu’il s’agisse d’une naissance hors mariage, la création d’une famille monoparentale est une option de plus en plus courante pour les femmes qui ont une carrière, les couples de femmes qui tombent enceintes au moyen d’un don de sperme dans le cadre de méthodes de procréation assistée (IIU ou FIV), et même aussi récemment pour les hommes, qui font ce choix délibéré.

Dans certains pays, de nombreux hommes tentent de trouver des solutions, telles que le don d’ovules ou la gestation pour autrui, pour avoir des enfants (en ayant recours à un mariage blanc ou à un accord de cohabitation avec une partenaire féminine, dans les pays où un tel processus est illégal) car « jusqu’à récemment, l’adoption était une solution pour les couples hétérosexuels afin de leur permettre de réaliser leur désir d’avoir des enfants et une famille ; cependant, il s’agit d’un processus non seulement compliqué mais également long », explique Harun Sunda dans son article sur gayswithkids.com. Harun Sunda et son mari élèvent leurs deux enfants issus du don d’ovules et de la gestation pour autrui. Il convient de mentionner que, d’après une enquête menée en 2013, on estime que 16 000 couples homosexuels élèvent plus de 22 000 enfants adoptés aux États-Unis.

Législation en Grèce

La législation grecque permet aux femmes non mariées et célibataires d’avoir un enfant sur simple présentation d’un acte notarié. La législation actuelle ne prévoit rien pour les hommes célibataires et les couples homosexuels.Certificats à soumettre par une mère candidate qui n’est pas mariée et est célibataire :

  • Pièce d’identité officielle (certificat) délivrée dans le pays d’origine.
  • Déclaration de soumission d’une fécondation in vitro (FIV) et/ou d’une insémination artificielle (IIU).
  • Acte notarié certifiant la soumission à la FIV/IIU (pour reconnaître que l’enfant est issu d’un tel processus).
  • Certificat d’état civil de moins de trois mois.
  • Déclaration solennelle (signature certifiée originale) pour vérifier qu’elle n’est pas mariée.
  • Tests hématologiques et sérologiques spécifiques comme le prévoit la loi, réalisés dans le cadre d’un traitement de FIV.

La mère candidate doit soumettre tous les certificats mentionnés ci-dessus, dûment délivrés par une autorité officielle reconnue dans le pays d’origine (Αpostille http://www.internationalapostille.com/what-is-anapostille/) et traduits en grec. La traduction de ces documents peut être effectuée par nos collaborateurs dans le cadre des services fournis par la clinique de FIV Medimall. Notre conseiller juridique et notaire adjoint traitera également les documents pertinents à chaque étape de la procédure, avant et après l’acte notarié.