CRYOCONSERVATION D’OVULES

/CRYOCONSERVATION D’OVULES
CRYOCONSERVATION D’OVULES 2017-07-28T11:55:29+00:00

CRYOCONSERVATION D’OVULES

En réponse au problème majeur de l’hypofertilité, la fécondation in vitro constitue ces dernières années la proposition la plus efficace de la génétique moderne pour avoir des enfants en bonne santé. Elle se développe constamment et étend ses capacités dans le domaine de l’anticipation de futures grossesses avec la méthode de la cryoconservation d’ovules.

Figez le temps. Mettez vos ovules… au congélateur !

Aujourd’hui, un nombre croissant de femmes décident d’avoir des enfants à un âge de plus en plus avancé. De nos jours, de nombreuses femmes repoussent le mariage et la procréation après l’âge de 35-40 ans notamment pour des raisons professionnelles. Étant donné que la fertilité de la femme s’affaiblit progressivement après l’âge de 35 ans et très rapidement après l’âge de 40 ans, de nombreuses femmes qui essaient d’avoir des enfants à ces âges-là ont souvent du mal et, après plusieurs tentatives de FIV, finissent par avoir recours à l’option du don d’ovules.

Quels sont les examens qu’une femme doit faire pour contrôler sa fertilité et à quel âge ?

Comme il est bien connu, la prévention joue un rôle important en médecine. À notre époque, il est dorénavant possible de contrôler la fertilité d’une femme (voire sa facilité de tomber enceinte) avec des examens précis qui devraient être effectués tôt, avant l’âge de 30 ans et dans tous les cas par après l’âge de 35 ans. Une femme qui connait son niveau de fertilité grâce à cette méthode sera en mesure de programmer son avenir.

Les examens qu’elle doit faire pour contrôler sa fertilité est le test hormonal de fertilité (FSH, LH et AMH) et l’échographie cervicale qui examine la texture et la taille des ovaires ainsi que le nombre des follicules imperforés.

L’évaluation du contrôle hormonal en parallèle avec l’échographie donne un très bon aperçu de la fertilité féminine. Avec toutes ces données à disposition, nous pouvons donc la conseiller correctement.

Comment la fertilité féminine est-elle affectée ?

Il faut savoir que, chez les femmes, l’âge avancé est le facteur le plus aggravant pour avoir un enfant, que ce soit de façon naturelle ou avec une méthode de procréation assistée (insémination ou FIV). En raison du nombre et de la qualité plus faibles des ovules produits, elles tombent enceintes très difficilement et les tentatives de FIV échouent très souvent. Elles produisent donc un petit nombre d’ovules de qualité inférieure, ce qui résulte à des embryons de mauvaise qualité qui condamnent leurs tentatives à l’échec et augmentent le risque d’une fausse couche même en cas d’une tentative réussie.

Comment peut-on garantir une grossesse réussie à un âge avancé ?

L’utilisation de sperme et d’embryons humains cryoconservés donne des résultats particulièrement bons ces dernières décennies. De nos jours, les techniques de cryoconservation d’ovules ont été améliorées de manière spectaculaire tout comme les taux de grossesse avec des embryons provenant d’ovules congelés. La méthode moderne de vitrification pour la cryoconservation des ovules augmente considérablement aussi bien le taux de survie des ovules que celui de leur fécondation.

L’unique paramètre pour la survie des ovules, la fécondation et la création d’embryons capables de donner une grossesse est naturellement la qualité des ovules congelés. Par conséquent, plus la femme est jeune quand elle décide de congeler ses ovules, plus le taux de réussite d’une future grossesse est élevé.

Les taux de grossesse avec des embryons provenant d’ovules congelés sont un peu plus bas par rapport aux ovules frais. Quant à la décision de congeler ses ovules, chaque femme peut la prendre lorsqu’elle atteint la majorité.

Qu’est-ce que c’est exactement la cryoconservation des ovules et comment est-elle réalisée ?

Le processus de prélèvement et de cryoconservation des ovules demande dans un premier temps la stimulation des ovaires de la femme avec des gonadotrophines en combinaison avec un suivi échographique. Les ovules sont prélevés par la suite sous anesthésie et à l’aide d’un appareil d’échographie cervicale. Le nombre des ovules prélevés est souvent grand et donc satisfaisant chez les femmes jeunes tandis qu’il est moins important chez les femmes plus âgées et il est donc possible que plus d’un prélèvement d’ovules soient nécessaires.

Une fois les ovules prélevés, ils sont congelés à très basse température avec la méthode de la vitrification qui présente un très bon taux de survie après la décongélation des ovules ainsi qu’un taux de réussite de grossesse élevé.

Les ovules sont mis par la suite dans des solutions contenant des agents cryoprotecteurs spéciaux, ils sont congelés et stockés dans de l’azote liquide à -196ºC. Dans ces conditions, les ovules peuvent être conservés dans un premier temps pendant 5 ans selon la législation en vigueur (en réalité, ils pourraient être conservés indéfiniment) alors que le taux des ovules cryoconservés qui sont adaptés à un traitement après leur décongélation varie selon l’âge de la femme et leur qualité.
Il convient de noter qu’il n’y a pas de risques pour les femmes qui sont soumises au processus du prélèvement d’ovules et les enfants qui naissent à partir des ovules décongelés ne sont pas différents de ceux qui naissent à partir des ovules frais.

Grâce à cette méthode, si une femme décide d’avoir un enfant après l’âge de 40 ans pour différentes raisons (études, compagnon, santé, mode de vie, etc.) et qu’elle n’y arrive pas de façon naturelle, elle a plus de chances de réaliser une grossesse si elle a anticipé durant les décennies de 20 et 30 ans, en congelant ses ovules. On pourrait comparer la cryoconservation des ovules avec une assurance de vie. La femme fait ce choix pour des raisons préventives, sans être sûre qu’elle en aura besoin, et cela lui permet de ne jamais stresser par rapport à la procréation et de prendre les bonnes décisions pour sa vie sans se sentir pressée par le temps. De plus, elle n’aura pas besoin d’avoir recours au don d’ovules. Ses ovules congelés qui sont mis à disposition à tout moment vont résoudre le problème de l’hypofertilité en lui offrant une grossesse réussie et la satisfaction d’avoir pris les bonnes décisions par le passé.

Quelles sont les raisons pour lesquelles une femme a opté pour la cryoconservation de ses ovules ?

L’hypofertilité naturelle à un âge avancé est bien évidemment une raison très importante et répandue pour qu’une femme choisisse pour des raisons préventives une méthode de cryoconservation de ses ovules. La méthode est cependant proposée notamment aux :

  • femmes avec une prédisposition constatée à la ménopause précoce (elle est souvent héréditaire)
  • femmes dont la première priorité est leur carrière
  • femmes qui n’ont pas de relation stable et qui ont des réserves concernant la fondation d’une famille monoparentale
  • femmes atteintes d’un cancer qui seront soumises à une chimiothérapie ou radiothérapie provoquant des dommages aux ovaires et à leurs ovules et donc une hypofertilité
  • femmes avec des problèmes de santé chroniques importants
  • femmes qui pour des raisons morales ou religieuses refusent de consentir à la cryoconservation ou à la destruction des embryons redondants créés lors de l’application des méthodes de procréation assistée auxquelles elles ont eu recours en raison de l’hypofertilité

CRYOCONSERVATION DE SPERME

La congélation, ou cryoconservation, du sperme est le processus qui consiste à conserver des spermatozoïdes pour les utiliser plus tard. Ce processus a été introduit dans les années 1950. Elle préserve les spermatozoïdes d’un homme, afin de maintenir sa fertilité au cas où il devrait faire face à un traitement qui la mettrait en péril, et profite aux hommes qui risquent de voir leur fertilité diminuer à cause de diverses maladies ou d’autres problèmes de santé.

Il n’y a pas de limite de temps connue concernant la viabilité des spermatozoïdes cryoconservés car ceux-ci semblent moins sensibles que les autres types de cellules aux dommages causés par la cryoconservation en raison de la faible teneur en eau. Certaines études ont révélé que des dégâts cellulaires pouvaient se produire pendant la congélation et la décongélation du sperme mais il n’existe aucun risque connu pour un bébé conçu à partir de sperme donné. Des grossesses ont été rapportée dans des cas où le sperme avait été stocké pendant 20 ans avant d’être décongelé et inséminé.

Avantages de la cryoconservation de sperme

La congélation de sperme peut préserver les fertilité des hommes qui :

  • sont sur le point de recevoir un traitement anticancéreux ou de subir une intervention chirurgicale au niveau de la prostate ou des testicules, ce qui pourrait altérer la qualité du sperme ou de la production
  • prévoient de subir une vasectomie
  • exercent un métier à risque en raison d’une exposition à des produits chimiques, à des radiations ou à une chaleur extrême pouvant entraîner une stérilité
  • présentent un dysfonctionnement éjaculatoire.

Processus de congélation

Un cryoprotecteur est ajouté au sperme pour contrôler les dégâts causés au sperme par la congélation. Les cryoprotecteurs sont des produits chimiques de faible poids moléculaire et hautement perméables utilisés pour protéger le sperme contre les dommages résultant de la cristallisation de la glace. À Medimall, nous utilisons la technique de cryoconservation de congélation rapide. Elle nécessite un contact direct entre les pailles stériles contenant les échantillons et les vapeurs d’azote pendant huit à 10 minutes, puis une immersion dans de l’azote liquide à moins 196 °C.

Processus de décongélation

La décongélation du sperme est une étape tout aussi importante que la congélation : la cellule doit pouvoir reprendre ses activités biologiques normales tout en évitant des changements thermiques brutaux. Généralement, les protocoles de cryoconservation utilisent une température de décongélation de 37 °C. Même si les températures de décongélation plus élevées permettent un réchauffement plus rapide, elles ne sont pas utilisées en raison des risques de dommages cellulaires. Une fois que les spermatozoïdes sont décongelés, ils sont séparés du milieu de cryoconservation en étant lavés dans un milieu de culture, puis centrifugés.

Le processus

  1. Collecte du sperme. Les donneurs de sperme devront d’abord faire l’objet d’analyses de sang, principalement pour dépister les maladies ci-dessous :
  • VIH I-II (SIDA)
  • Hépatite B (AG HBs)
  • Hépatite C (VHC)
  • Syphilis (RPR)
  1. L’homme pourra choisir entre produire un échantillon chez lui ou au site du laboratoire. Les hommes qui choisissent de produire un échantillon au laboratoire disposeront d’une salle privée et de matériel visuel. Ceux qui effectueront la collecte chez eux recevront des instructions exactes concernant le prélèvement et le transport du sperme.
  1. Pour des résultats optimaux, il est recommandé qu’un homme n’éjacule pas pendant deux à cinq avant de fournir un échantillon. S’il a éjaculé trop récemment, la numération pourra être faible. Si sa dernière éjaculation remonte à trop longtemps, de nombreux spermatozoïdes auront une faible motilité.

Le sperme d’une seule éjaculation peut contenir 40 à 600 millions de spermatozoïdes, en fonction du volume de l’éjaculat et du temps écoulé depuis la dernière éjaculation. Les patients peuvent choisir de stocker le sperme d’une seule éjaculation (plusieurs éjaculations peuvent produire un à six flacons de sperme). Cependant, il est recommandé de prévoir des échantillons supplémentaires. Les échantillons de sperme sont recueillis dans un récipient stérile, puis des techniciens de laboratoire analysent les échantillons en fonction du volume, de la viscosité et du pH. Le sperme est également évalué au microscope pour déterminer la motilité, la numération de spermatozoïdes, la morphologie et d’autres facteurs importants.