FIV

FIV 2017-10-03T11:38:12+00:00

INTRODUCTION AUX TECHNIQUES DE FIV

En 1978, à Bourn Hall en Angleterre, le premier enfant issu d’une FIV est né grâce aux scientifiques Patrick Steptoe et Robert Edwards, donnant espoir à des millions de couples à travers le monde.

Près de 40 ans plus tard, la détection des problèmes d’infertilité, l’évolution des méthodes de FIV et l’amélioration de leurs résultats, ainsi que l’évolution de la société qui commença progressivement à les accepter, ont conduit à la réalisation d’un plus grand nombre de FIV.

En particulier, la fécondation in vitro (FIV) est une procédure effectuée en laboratoire, c’est-à-dire en dehors du corps humain, pour fertiliser un ovocyte mature à l’aide d’un spermatozoïde et créer un œuf fécondé ou zygote.

La méthode s’est révélée très efficace et a permis à des milliers d’enfants sains de venir au monde.

La fécondation in vitro (FIV) est conseillée dans les cas suivants :

  • destruction ou obstruction des trompes de Fallope ;
  • troubles de l’ovulation ;
  • éventuelle endométriose ;
  • troubles du sperme (petit nombre de spermatozoïdes, motilité restreinte du sperme et augmentation du pourcentage d’anomalies morphologiques) ;
  • facteurs immunologiques liés à l’endomètre et au sperme ;
  • âge de procréation avancé ;
  • cas d’infertilité inexpliquée pour lesquels aucune cause n’a été identifiée, malgré des tests approfondis chez l’homme et la femme.

EXAMENS MÉDICAUX

Les couples qui suivent un traitement de FIV à Medimall IVF Clinic à Athènes, en Grèce, sont soumis aux tests suivants:

La femme :

  • test gynécologique
  • test de la culture vaginale
  • test de Papanicolaou
  • hystérosalpingographie
  • gamme complète des tests hormonologiques
  • mammographie, si la femme est âgée de plus de 35 ans.

L’homme :

  • culture de sperme
  • analyse du sperme

En fonction des résultats des tests et des antécédents médicaux du couple, le médecin décidera si des tests plus spécialisés sont requis, notamment:

  • dépistage de la thrombophilie
  • tests immunologiques
  • test génétique (p. ex. caryotype, test de dépistage de la mucoviscidose, etc.)

PHASES DE LA FIV

1. Stimulation ovarienne

Le jour du début du traitement est convenu, ainsi que le type de médicament à administrer et sa posologie, et le jour du réexamen. À chaque visite, les taux d’E2 sont mesurés et un dépistage par échographie est effectué pour déterminer l’épaisseur de l’endomètre ainsi que le nombre et le diamètre des follicules ovariens développés dans les ovaires. En fonction de ces résultats, le médecin déterminera si le traitement doit être poursuivi ou non. En moyenne, les femmes sont examinées 3 à 5 fois pendant un cycle de FIV et jusqu’à l’extraction des ovules. La stimulation des ovaires dure environ 9 à 12 jours.

2. Extraction des ovules

Les ovocytes sont prélevés par ponction transvaginale au moyen d’une aiguille spéciale sous contrôle échographique. Une anesthésie légère est administrée. La femme peut reprendre ses activités quotidiennes peu de temps après la procédure d’extraction des ovules.

3. Fécondation

À la suite de cette procédure, les ovocytes et les spermatozoïdes recueillis sont placés dans du matériel de culture et sont incubés pendant 24 heures. Le lendemain de l’extraction des ovules, nous connaissons exactement le nombre d’ovules fécondés.

4. Transfert d’embryons

Il s’agit d’une procédure simple et indolore. Deux, trois ou six jours après l’extraction des ovules, les embryons sont transférés dans la cavité de l’utérus au moyen d’un petit cathéter. Une anesthésie n’est pas requise. Le test de grossesse, à savoir la mesure de la B-HCG, est effectué 14 jours après l’extraction des ovules.

5. Congélation d’embryons

Les embryons de bonne qualité, non utilisés dans un cycle de FIV, peuvent être préservés dans de l’azote liquide (-196 °C) pour être potentiellement utilisés dans un futur cycle, si nécessaire.

PHASES DE LA FIV

1. Stimulation ovarienne

Le jour du début du traitement est convenu, ainsi que le type de médicament à administrer et sa posologie, et le jour du réexamen. À chaque visite, les taux d’E2 sont mesurés et un dépistage par échographie est effectué pour déterminer l’épaisseur de l’endomètre ainsi que le nombre et le diamètre des follicules ovariens développés dans les ovaires. En fonction de ces résultats, le médecin déterminera si le traitement doit être poursuivi ou non. En moyenne, les femmes sont examinées 3 à 5 fois pendant un cycle de FIV et jusqu’à l’extraction des ovules. La stimulation des ovaires dure environ 9 à 12 jours.

2. Extraction des ovules

Les ovocytes sont prélevés par ponction transvaginale au moyen d’une aiguille spéciale sous contrôle échographique. Une anesthésie légère est administrée. La femme peut reprendre ses activités quotidiennes peu de temps après la procédure d’extraction des ovules.

3. Fécondation

À la suite de cette procédure, les ovocytes et les spermatozoïdes recueillis sont placés dans du matériel de culture et sont incubés pendant 24 heures. Le lendemain de l’extraction des ovules, nous connaissons exactement le nombre d’ovules fécondés.

4. Transfert d’embryons

Il s’agit d’une procédure simple et indolore. Deux, trois ou six jours après l’extraction des ovules, les embryons sont transférés dans la cavité de l’utérus au moyen d’un petit cathéter. Une anesthésie n’est pas requise. Le test de grossesse, à savoir la mesure de la B-HCG, est effectué 14 jours après l’extraction des ovules.

5. Congélation d’embryons

Les embryons de bonne qualité, non utilisés dans un cycle de FIV, peuvent être préservés dans de l’azote liquide (-196 °C) pour être potentiellement utilisés dans un futur cycle, si nécessaire.

PROCÉDURE DE FIV

Après un examen clinique et de laboratoire complet du couple, qui a décidé de procéder à une FIV, un protocole est suivi pour la stimulation des ovaires en fonction de l’âge de la femme, des tests hormonologiques ou des résultats de la stimulation ovarienne antérieure. Ensuite, une prescription médicale, dont le coût est assez élevé, est délivrée. Cependant, les caisses de maladie couvrent un pourcentage important de ces coûts, à condition que le couple présente tous les documents et certificats pertinents et que ceux-ci soient approuvés par le comité de la caisse.

Les protocoles de stimulation ovarienne comprennent principalement des protocoles à court et à long terme, reposant sur l’administration de médicaments similaires, et des protocoles basés sur l’administration d’antagonistes.

MÉTHODES DE FIV

FIV en cycle naturel

Il s’agit d’une procédure de FIV, qui n’applique pas la stimulation ovarienne par le biais de médicaments. Au lieu de cela, un contrôle échographique est effectué jusqu’à ce qu’un follicule ovarien atteigne le diamètre idéal et que la mesure hormonologique montre qu’un ovocyte mature peut être prélevé.

Cette méthode est recommandée chez les femmes:

  • dont les ovaires ne répondent pas de façon adéquate aux médicaments pour leur stimulation
  • qui ont fait plusieurs tentatives de FIV ratées dans le passé, en utilisant des médicaments pour la stimulation ovarienne
  • qui ne souhaitent pas subir une stimulation ovarienne ou pour lesquelles une stimulation ovarienne n’est pas recommandée en raison de leurs antécédents médicaux.

Avantages de la FIV en cycle naturel:

  • absence de médicaments ;
  • possibilité de répéter la procédure de mois en mois ;
  • prélèvement d’ovocytes généralement de très bonne qualité ;
  • moindre impact psychologique éventuel sur le couple.

Inconvénients de la FIV en cycle naturel:

  • au cours de l’extraction programmée des ovules, l’ovulation peut se produire, ce qui rend impossible l’extraction des ovules
  • il est possible que l’ovocyte ne soit pas suffisamment mature ou ne puisse pas être fécondé par un spermatozoïde
  • l’ovocyte peut ne pas être fécondé.

À Medimall IVF Clinic, nous avons une grande expérience des FIV en cycle naturel et nous obtenons des résultats très satisfaisants. Nous avons été considérés comme pionniers lorsque nous avons publié une série de nos cas et leur taux de réussite lors de la 1re convention internationale de FIV en cycle naturel en décembre 2006.

FIV ordinaire

Elle est recommandée dans les cas où les trompes de Fallope sont obstruées ou détruites et éventuellement en cas d’endométriose. La condition fondamentale est que le sperme présente des paramètres normaux (nombre, motilité et morphologie).

Avec cette méthode, les gamètes (ovocytes, spermatozoïdes) sont incubés dans un matériau de culture pendant 16 à 18 heures.

ICSI

Elle est recommandée dans les cas d’infertilité masculine, à savoir dans les cas où les paramètres du sperme (nombre, motilité et morphologie) sont anormaux.

Avec cette méthode, un spermatozoïde immobilisé est injecté directement dans l’ovocyte au moyen d’une aiguille spéciale.

Biopsie des testicules – TESE

Elle est recommandée dans les cas d’azoospermie: une fois que les spermatozoïdes ont été directement prélevés des testicules, la procédure d’ICSI est alors effectuée.

Éclosion assistée

Elle s’applique dans les cas où la membrane qui renferme les embryons est plus dure ou plus épaisse que la normale.

Cette méthode affine la membrane par des moyens mécaniques ou chimiques.

Transfert d’embryons pendant la phase des blastocystes

Il s’applique:

  • lorsque aucune grossesse n’est obtenue après deux tentatives de FIV, au cours desquelles des embryons de bonne qualité ont été transférés
  • dans les cas où un nombre adéquat d’embryons de bonne qualité est disponible mais le couple souhaite que seul un embryon soit transféré
  • dans des circonstances spécifiques, selon l’avis du spécialiste en FIV.

Le transfert d’embryons est effectué cinq à six jours après l’extraction des ovules.

Veuillez prendre note des points suivants:

  • Les chances d’un résultat positif une fois le traitement de FIV terminé dépendent d’une combinaison de paramètres : l’âge de la femme, la qualité des embryons, ainsi que la cause de l’infertilité du couple. Il convient de noter que 90 % des couples qui commencent un traitement de FIV parviennent à atteindre le stade du transfert d’embryons.
  • La législation actuelle prévoit un nombre maximal d’embryons à transférer, en fonction de l’âge de la femme. Lorsque le couple souhaite éviter une grossesse multiple éventuelle, un plus petit nombre d’embryons peut être transféré par rapport au nombre autorisé.
  • Après une extraction des ovules, un médicament est administré, principalement par voie orale et/ou par le biais d’une crème vaginale. De cette façon, un environnement favorable est créé dans l’endomètre afin de mieux accepter l’implantation d’embryons.
  • L’équipe scientifique de la clinique où la procédure de FIV est organisée et le médecin traitant doivent informer le couple en détail afin de les aider à décider de l’avenir des embryons restants. Les embryons inutilisés peuvent être cryoconservés pendant cinq ans, à moins qu’une extension ne soit accordée par l’Autorité nationale de la reproduction assistée, dans certaines circonstances.
  • Le nombre maximal de tentatives de FIV n’est pas déterminé. Cependant, lorsqu’un couple a effectué plus de six tentatives, il a généralement peu de chances de parvenir à une grossesse par FIV par la suite.

QUESTIONS JURIDIQUES – FIV

En vertu de la loi grecque no. 3305/2011, les adultes qui ont donné leur consentement par écrit et ont été soumis à tous les tests de laboratoire requis peuvent recevoir un traitement de FIV. En outre, la loi prévoit un nombre maximum d’embryons à transférer, à savoir trois (3) pour les femmes de moins de 40 ans et quatre (4) pour les femmes de plus de 40 ans. Les femmes de plus de 50 ans ne peuvent être soumises à une procédure de FIV. Enfin, le cadre juridique fixe clairement la période maximale durant laquelle les ovocytes, les spermatozoïdes et les embryons peuvent être cryoconservés, ainsi que les conditions dans lesquelles une extension de cette cryoconservation peut être octroyée.